Le Puy-en-Velay

Filtrer les articles :



UNIVERSITE POUR TOUS – COLLEGE DU PUY-EN-VELAY : EN VACANCES JUSQU’AU 6 OCTOBRE


Le 03/06/2022


Après avoir assisté à une belle conférence de Marc Piguet sur René Boyslève, les auditeurs de l’Université pour tous du Puy-en-Velay se sont rendus  à la buvette du jardin Henri Vinay pour partager autour d’un goûter un moment de convivialité.

Après les vacances, ils se retrouveront dès le jeudi 6 octobre pour la première des 25 conférences de la nouvelle année universitaire dont le programme leur a été distribué. La première conférence sur Le vin et la médecine sera donnée par le Docteur Marc Lagrange, chirurgien honoraire et oenophile.


Lire la suite

Un écrivain français sous le charme de l’Italie : René Boylesve (1867-1926)


Le 25/05/2022


Prochaine conférence : jeudi 2 juin 2022 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

Un écrivain français sous le charme de l’Italie : René Boylesve (1867-1926)

par Marc Piguet, professeur honoraire de lettres

 

 

Ecrivain d’origine tourangelle (il est né à Descartes), René Boylesve a passé sa jeunesse à Tours puis est monté à Paris pour des études de Droit mais très vite la littérature a pris le dessus et René Tardiveau (son véritable nom) est devenu René Boylesve (nom de sa mère qui mourut lorsque le petit René n’avait que quatre ans !). C’est par la poésie puis par des Contes et de courts récits qu’il commence une carrière littéraire qui allait s’annoncer prolifique (on recense aujourd’hui 41 titres présentés en volumes) et le mener à l’Académie française dès 1919. L’œuvre de René Boylesve est celle d’un moraliste au style classique dont les sujets traitent surtout de l’amour, la mort, du temps qui passe.

 

Peu porté aux voyages, il a néanmoins fréquenté l’Italie soit par sympathie intellectuelle (nous le constaterons à travers deux de ses romans les plus importants : « Le parfum des Îles Borromées » et « Sainte Marie des Fleurs »), soit parce qu’il était voisin de l’Italie, passant de longues périodes à Nice où il avait fait construire une villa. Etudiant le comportement amoureux des deux couples mis en scène dans ces deux romans : Gabriel Dompierre et Madame Belvidera dans le premier et Marie et André dans le second, l’auteur s’attache à montrer que l’amour qui unit chaque couple reflète, par l’analyse et l’étude de leurs goûts, de leurs impressions et de leurs émotions, les riches aspects de l’âme italienne. Pour les premiers ce sera le cadre idyllique des Îles Borromées où le temps des vacances Gabriel et la belle Madame Belvidera connaîtront une passion amoureuse, surtout sensuelle. Alors que Marie et André, jeunes touristes d’abord en quête de satisfactions intellectuelles, au milieu des églises et peintures de Florence, ne pourront connaître qu’un amour éthéré.


Lire la suite

Michel-Ange, le génie inquiet


Le 12/05/2022


Prochaine conférence : jeudi 19 mai 2022 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

Michel-Ange, le génie inquiet

par Serge Legat, conférencier des musées nationaux

 

 

Le 18 février 1564, Michelangelo Buonarroti, « divin » sculpteur, peintre et architecte, s’éteignait dans une maison du quartier dit de l’Abattoir des Corbeaux, à Rome.

Solitaire, cupide, fragile, obsessionnel et génial, tel fut Michel-Ange !

Michel-Ange (1475-1564), sans doute l’un des plus grands sculpteurs de tous les temps, fut aussi un acteur majeur de l’histoire italienne, partagé entre Florence et Rome et courtisé par la papauté.

Retracer la vie de Michel-Ange est une réelle gageure : comment raconter l’œuvre foisonnante, ponctuée de chefs d’œuvre ( la Pietà du Vatican, David, le tombeau de Jules II, la chapelle Sixtine, …), sans évoquer les luttes politiques ( les Médicis, les Borgia, les della Rovere, …), les débats religieux ( le groupe des Spirituels et l’idée risquée et dangereuse d’une con ciliation avec la Réforme et le monde protestant ) , les rivalités artistiques (Léonard de Vinci, Bramante, Raphaël, …), les troubles familiaux, les émois intimes et l’homosexualité cachée , voire refoulée.

L’artiste et son œuvre sont placés sous le signe de la contradiction que les siècles passés ne pouvaient comprendre et assimiler mais que la modernité assume fort bien. L’art de Michel-Ange s’enracine dans les misères, les conflits et les souffrances d’une vie ordinaire et laborieuse.

Entre mesure et démesure, Michel-Ange continue aujourd’hui encore de nous fasciner par le talent unique et exceptionnel de donner vie à la matière inerte et de lui insuffler l’expression même des passions humaines et des drames essentiels de l’humanité.


Lire la suite

Fenêtre sur Pradelles


Le 05/05/2022


Prochaine conférence : jeudi 12 mai 2022 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

Fenêtre sur Pradelles

par Vincent Minaire

 

 

Aujourd’hui distancé par Langogne, sa voisine lozérienne, Pradelles a connu un passé prospère, et une certaine renommée. La richesse et la diversité de son patrimoine architectural, préservé dans une enceinte fortifiée, en témoignent encore.

La bonne fortune de la localité a trouvé son origine dans sa position au carrefour de voies millénaires venant de divers horizons. Malgré les rigueurs de son climat, Pradelles est devenu une place importante de marchés et d’échanges.

Sa vitalité en a fait la petite métropole économique et administrative d’un vaste espace géographique s’étendant du plateau ardéchois jusqu’à l’Allier, appelé jadis « la Montagne » par les habitants du Vivarais, subdivision du Languedoc dont Pradelles a fait partie jusqu’en 1790.

Les institutions et les concepts de la féodalité sont au cœur de l’ouvrage. Avec les Montlaur, les vicomtes de Beaune étaient les plus puissants seigneurs du secteur. Aux côtés des bourgeois de Pradelles, pressés de s’émanciper, ils disposaient d’une représentation aux Etats Particuliers du Vivarais, ce petit parlement local, ancêtre de nos conseils départementaux.

Il y est aussi question de la vie quotidienne de ses habitants avec ses marchés, ses congrégations, ses prêtres, ses confréries et corporations d’artisans, sa vie municipale, ses malheurs tels que de multiples épisodes de pestes, de guerres et de famines.

L’irruption de la Révolution clôt le récit. La disparition de l’ancien régime et le rattachement de Pradelles au département de la Haute Loire constituèrent de graves bouleversements.  Coupé de ses racines ancestrales, de sa capacité d’influence, des sources de son rayonnement, Pradelles va devoir faire face à un lent mais inexorable déclin.

L’auteur dédicacera l’ouvrage à l’issue de son exposé


Lire la suite

Les Auvergnats et les Bretons dans la construction du métropolitain de Paris


Le 28/04/2022


Prochaine conférence : jeudi 5 mai 2022 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Les  Auvergnats et les Bretons dans la construction du métropolitain de Paris

 

par Luc Corlouër, auteur, conférencier

 

 

La trace des Bretons à Paris est prouvée dès le Moyen Age, mais c’est avec la Révolution industrielle et l’avènement du chemin de fer que l’immigration commence, dès la moitié du XIXe. Les Auvergnats arriveront à l’orée du XXe et occuperont des fonctions différentes sur les chantiers.

Ces hommes sont taillables et corvéables à merci. Employés à des tâches ingrates, ils ne rechignent jamais on les retrouve fort des halles, manœuvre, chiffonnier, cocher, marchand de charbon, vendeurs de couteaux. Quelquefois ils arrivent à dénicher un poste d’ouvrier spécialisé. Le travail ne manque pas, mais ils sont mal payés.

En 1898 le « métropolitain urbain Parisien » est déclaré d’utilité publique. Une dernière bataille est remportée par la municipalité : le métro ne sortira pas de la capitale. Le chantier est confié à Fulgence Bienvenue, originaire d’Uzel dans les Côtes du Nord.

Dès la fin 1898, les premiers coups de pioches sont portés. La ligne 1 partira de la Porte Maillot jusqu’à Vincennes, elle traversera Paris d’Ouest en Est. Bienvenüe fera recruter dans les campagnes bretonnes et les registres d’embauche de la compagnie Nord-Sud en juin 1908 font apparaître combien les bretons étaient nombreux sur le chantier.

Cette conférence est liée au roman « La Tourmente Kenavo », elle permettra de découvrir outre les travaux gigantesques du métro, la vie dure des émigrés français à Paris au début du XXe siècle.


Lire la suite

Connaissance d’Edith Stein


Le 07/04/2022


Prochaine conférence : jeudi 14 avril 2022 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Connaissance d’Edith Stein

par Serge Monnier, professeur agrégé de philosophie (E.R.)

 

 

Beaucoup moins connue au Puy-en-Velay que Simone Weil dont l’ancien lycée de Jeunes Filles porte le nom, Edith Stein (1891 – 1942) mérite pourtant notre attention.

            Nous la suivrons dans ses années de formation au sein de sa famille juive puis auprès d’Edmund Husserl, fondateur de la phénoménologie, dont elle deviendra l’assistante après avoir rédigé sa thèse « Sur l’empathie » qui lui valut de devenir la première femme docteur en philosophie en Allemagne.

            Après sa conversion au christianisme elle enseigne puis devient conférencière sur des sujets de pédagogie et de politique, jusqu’à son entrée au Carmel de Cologne où, devenue Sœur Thérèse-Bénédicte de la Croix, elle mène la vie d’une simple religieuse tout en poursuivant un important travail de recherche sur la métaphysique et la théologie mystique. En 1942, réfugiée au Carmel d’Echt aux Pays Bas, elle devra porter l’étoile jaune et sera arrêtée puis déportée à Auschwitz où elle meurt gazée le 9 août 1942.

            Elle laisse une œuvre considérable dans laquelle on peut remarquer sa pratique de la phénoménologie dans l’étude de l’empathie, mais aussi son analyse de la structure de la personne humaine avec la place fondamentale qu’elle accorde au « noyau de l’âme » et l’incidence de cette approche sur sa manière de concevoir le rôle de l’éducation qui doit aider chaque être humain à devenir « ce qu’il a à être », devant Dieu et pour Dieu.

            Béatifiée puis canonisée en 1998 par Jean-Paul II qui l’a déclarée co-sainte patronne de l’Europe avec Brigitte de Suède et Catherine de Sienne, on peut souhaiter qu’elle soit un jour reconnue Docteur de l’Eglise.


Lire la suite

Le Freischütz de Carl Maria von Weber (1821)


Le 01/04/2022


Prochaine conférence : jeudi 7 avril 2022 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Le Freischütz de Carl Maria von Weber (1821)

 

par Patrick Guelpa, maître de conférences (E.R.)

 

Le Freischütz, premier opéra romantique allemand (créé le 18 juin 1821 au Schauspielhaus de Berlin), fut un immense succès populaire, cinquante ans avant l’unification du pays en 1871. Après la victoire des guerres de libération contre Napoléon, Carl Maria von Weber (1786-1826) a permis aux Allemands de toutes les régions de vibrer ensemble pour ce qu’ils aiment : la nature, la forêt, la liberté et les valeurs traditionnelles.

L’engouement ressenti lors des chants et des mélodies ravissantes dans les représentations de cet opéra authentiquement allemand, Der Freischütz (« Le Franc-Chasseur ») suscitera non pas un nationalisme haineux, mais au contraire, un patriotisme de bon aloi qui favorisera la fraternité. L’histoire se déroule dans la forêt de Bohême au XVIIe siècle qui compte une population germanophone à l’époque et met en scène des chasseurs et des amoureux contrariés par un concours de tir. Selon la légende, un Freischütz, se procure avec l’aide du diable sept balles dites « franches » dont la particularité est d’atteindre infailliblement leur but, la dernière appartenant au diable, qui la dirige où il veut. Mais malgré les menaces du mal, l’amour pur d’Agathe et de Max, le triomphe du bien et de la miséricorde divine finiront par triompher. Nous écouterons de nombreux extraits chantés.


Lire la suite

Germaine Tillion, femme remarquable par ses engagements…et pourtant méconnue


Le 24/03/2022


Prochaine conférence : jeudi 31 mars 2022 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Germaine Tillion, femme remarquable par ses engagements…et pourtant méconnue.

 

par Claudine Lauby-Perbet, professeure agrégée honoraire

 

 

Germaine Tillion est née à Allègre où son père est nommé juge de paix. A Paris elle entreprend des études de sciences humaines et sociales, elle est formée par 3 grands maîtres : M. Mauss, L. Massignon, P. Rivet. C’est une intellectuelle au caractère généreux. Elle devient une ethnologue intrépide en Algérie où elle étudie dans les montagnes de l’Aurès le peuple Chaouias.

 

Dès 1940 elle est Résistante et fondatrice d’un des 1ers réseaux en zone occupée. Le traître Abbé Alesch la dénonce. Déportée, elle devient une «  Résistante ethnologue » à Ravensbrück. Pendant la guerre froide elle est une Résistante à l’injustice et aux mensonges. Elle s’engage comme observatrice, négociatrice et créatrice pendant la guerre d’Algérie. Elle tente de négocier la fin de la torture et de la violence. Elle aide les Algériens les plus pauvres en créant des centres sociaux pour les sortir de la  misère. Elle reste une Militante vigilante jusqu’à la fin de ses jours.

 

Le 27 mai 2015, Germaine Tillion, qui se disait « patriote de la justice et de la vérité », entre au Panthéon avec son amie Geneviève DeGaulle-Anthonioz, Jean Zay et Pierre Brossolette.


Lire la suite

August Macke ou l’expressionnisme heureux


Le 17/03/2022


Prochaine conférence : jeudi 24 mars 2022 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

August Macke ou l’expressionnisme heureux

 

par Colette Rouchouse, professeur d’allemand (E.R.).

 

 

Quand on évoque l'Expressionnisme allemand deux noms viennent à l'esprit: « Die Brücke» et «Der blaue Reiter », deux mouvements majeurs qui, l'un à Dresde et Berlin, l'autre à Münich, ont marqué l'entrée de la peinture allemande dans l'art moderne d'avant-guerre.

On connaît peut-être moins l'Expressionnisme rhénan qui rassemble quelques artistes dans l'espace géographique autour de Bonn, Cologne et Düsseldorf. August Macke (1887-1914) en est l'un des représentants les plus attachants. Son ouverture d'esprit, son amour de la peinture française, l'amènent à synthétiser divers courants parmi les plus novateurs pour aboutir à un style très  personnel : un expressionnisme adouci, lumineux, que l'on peut qualifier peut-être d'« expressionnisme heureux » avant que la guerre, dès 1914, ne vienne interrompre sa trop brève carrière et sa jeune vie.

Comment expliquer son originalité ? Que serait devenue son œuvre s'il avait survécu et connu les bouleversements de la société d'après-guerre? Et même : quel lien le relie à Meschede en Sauerland, ville jumelle du Puy-en-Velay ?


Lire la suite

La Guerre face à la Prusse (1870-1871)


Le 11/03/2022


Prochaine conférence : jeudi 17 mars 2022 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

La Guerre face à la Prusse

(1870-1871)

 

par Richard Crespy, professeur d’histoire.

 

 

Dans l’imaginaire collectif, la guerre de 1870 est un conflit oublié ou tout du moins largement méconnu. Le poids des 2 guerres mondiales du 20e siècle explique bien sûr cette situation. Les commémorations pour le 150e anniversaire de l’évènement en 2020 ont toutefois permis de le redécouvrir un peu, à travers des publications diverses, des documentaires et surtout des cérémonies publiques même si les contraintes sanitaires ont largement perturbé leurs déroulements. Bien qu’il ait opposé principalement la France et la Prusse, ce conflit a eu des répercussions européennes importantes et il a ouvert une période séculaire de tensions entre la France et l’Allemagne. C’est surtout sa mémoire qui est intéressante à étudier. La guerre de 1870 structure la géopolitique européenne jusqu’en 1914, avec elle on passe de la question des nationalités porteuse d’espérances et de libertés au 19e siècle à celle des nationalismes qui vont s’exacerber au 20e siècle. En France, « l’année terrible » selon les mots de Victor Hugo a laissé des traces profondes dans le projet républicain qui se met alors en place, en remplacement d’un empire défaillant, aussi bien au niveau militaire qu’éducatif, mais aussi dans la définition de la nation française et dans les rapports avec l’Allemagne à la fois modèle et repoussoir. Ces traces peuvent se repérer encore aujourd’hui. La Haute-Loire prit toute sa part au conflit avec la mobilisation de nombreux soldats mais aussi celle des civils.  Elle en conserve des traces mémorielles non négligeables mais souvent aussi méconnues.


Lire la suite

Avec la disparition programmée du chromosome Y, la femme est-elle l’avenir de l’humanité ? Le sexe dit fort est-il vraiment celui que l’on croit ?


Le 03/03/2022


Prochaine conférence : jeudi 10 mars 2022 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Avec la disparition programmée du chromosome Y,

la femme est-elle l’avenir de l’humanité ?

Le sexe dit fort est-il vraiment celui que l’on croit ?

 

par Pierre-Luc Rigaud, biologiste.

 

 

Le chromosome Y, porteur du sexe masculin, est minuscule, comparé au chromosome X. Il compte 40 fois moins de gènes (environ 80 contre 4000). Il a beau être le symbole de la masculinité, il devient de plus en plus évident qu’il est tout sauf fort et durable.

Il n’a pas toujours été comme ça ! Il y a 160 millions d’années il avait la même taille que le chromosome X et avait autant de gènes. Mais il a une faiblesse fondamentale : il n’est présent qu’en un seul exemplaire transmis de père en fils. Il n’a donc pas de brassage génétique, il est en train de dégénérer et finira par disparaitre. D’où la question : les hommes vont-ils disparaitre ?

Question annexe : et si les femmes se passaient des hommes ? Possédant deux chromosomes X, les femmes sont génétiquement supérieures aux hommes. Le second chromosome X de la femme lui apporte son soutien tout au long de la vie. Chaque fois qu’elle en a besoin, elle utilise ce matériel génétique et ses centaines de gènes. Les hommes ne peuvent en faire autant !

La place de la femme dans le devenir de l’humanité va-t-elle complètement changer ?

En fait ne doit-on pas réviser complètement la notion de sexe fort ?

 


Lire la suite

Virgile, poète de la nature


Le 24/02/2022


 

 

 

 

Prochaine conférence : jeudi 3 mars 2022 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Virgile, poète de la nature,

 

par Marie-Claire Rivet, professeur de lettres classiques.

 

 

La conférence aura pour objet une approche – non exhaustive, bien évidemment - d’œuvres virgiliennes dans lesquelles la nature est omniprésente.

 

Sera volontairement laissé de côté son épopée magistrale l’Eneide, d’une part parce qu’elle est la plus connue des latinistes ici présents qui ont traduit –parfois dans la douleur !!!- les aventures d’Enée en quête d’une patrie après la guerre de Troie, d’autre part parce que ses deux autres grands ouvrages traitent plus spécifiquement du thème poétique : la nature. Ce sont les Bucoliques et les Géorgiques.

 

Après avoir fait un indispensable point historique sommaire de l’époque virgilienne, nous verrons comment grâce à cet art poétique, si musical, empreint de références mythologiques, Virgile chante avec précision, tendresse, nostalgie et tristesse, le sort des bergers acadiens dans les Bucoliques, sommet de la poésie pastorale.

 

Puis, nous aborderons les Géorgiques, véritable hymne national à l’agriculture, œuvre didactique aussi à une époque où il entrait dans les vues du pouvoir de favoriser le retour à la terre… Virgile nous a laissé là une œuvre très structurée en 4 livres dans lesquels sont tour à tour évoqués les travaux et les champs, les agriculteurs, les arbres (vigne et olivier), les troupeaux, les abeilles.

 

Œuvre de commande certes, un poème officiel, Virgile n’était pas à proprement parler un paysan, il n’a pas cherché à être complet : N’a-t-il pas écrit : « Non ego cuncta meis amplecti versibus opti » = « Je n’entends pas tout embrasser dans mes vers ».

 

A chacun de juger…

 


Lire la suite

C’est l’histoire d’une pomme de terre…


Le 03/02/2022


Prochaine conférence : jeudi 10 février 2022 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

C’est l’histoire d’une pomme de terre…

 

Par Pierre-Brice Lebrun, écrivain gourmand.

 

 

Liégeois de naissance (la frite fait donc partie de son ADN), parisien de passage et Landais d’adoption, Pierre-Brice Lebrun s’est intéressé a? la pomme de terre après s’être immiscé dans la vie privée des boulettes et des pâtes.

Cette conférence extrêmement bien documentée par cinq années de recherches remontera jusqu’aux Incas et aux Aztèques (bien avant Monsieur Mousline, ils ont inventé la purée déshydratée), elle regagnera l’Europe avec les Conquistadores, se diffusera en Espagne et en Belgique via l’Italie, où elle tentera de sauver la vie d’un pape (a? qui elle doit d’ailleurs son nom), l’Ardèche et la Drôme, l’Allemagne et la Franche-Comté (où elle s’établira plus d’un siècle avant la naissance de Parmentier), avant que le conférencier affamé ne fasse, preuves a? l’appui, des révélations fracassantes sur l’origine de la frite ...

Il remontera a? l’origine de la légende d’un Parmentier promoteur de la pomme de terre et expliquera en quoi le Roi d’Espagne Philippe II (1527-1598) est en grande partie responsable de l’assassinat de John-Fitzgerald Kennedy (1917-1963) ...

 


Lire la suite

La sculpture bourbonnaise entre Moyen-Age et Renaissance


Le 27/01/2022


Prochaine conférence : jeudi 3 février 2022 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

La sculpture bourbonnaise entre Moyen-Age et Renaissance

 

par Maud Leyoudec, directrice du Musée Crozatier et du Pays d’art et d’histoire du Puy-en-Velay.

 

 

 

Grâce au mécénat de la famille ducale et de sa cour, la sculpture dans le duché des Bourbons atteint à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance une qualité inégalée. Le goût de l’apparat de ces familles puissantes, mis à contribution pour mieux servir le prestige de leurs maisons, a donné lieu à une production artistique prolifique et d’un grand raffinement. En retraçant plus d’un siècle de création sculptée, des années 1420 jusqu’à 1531 (date à laquelle le duché est rattaché à la Couronne de France), cette conférence vous permettra de découvrir les chefs-d’œuvre des « imagiers » Philippe et Michel Colombe, Jacques Morel, Jean de Chartres… Vous saisirez les influences de la cour royale, des duchés du Berry et de la Bourgogne avant celles de la Renaissance italienne. Les sujets de prédilection, la mise en œuvre du décor sculpté, la polychromie et le destin souvent chaotique de ces sculptures vous seront également dévoilés.

Cette conférence est le prolongement d’une exposition qui avait été rendue possible grâce au musée du Louvre lorsque Madame Leyoudec était conservatrice du patrimoine au musée Anne-de-Beaujeu à Moulins de 2004 à 2019.


Lire la suite

Les chemins de Saint Gilles et La Régordane


Le 20/01/2022


Prochaine conférence : jeudi 27 janvier 2022 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Les chemins de Saint Gilles et La Régordane

 

par Marie-Virginie Cambriels.

 

A l’instar des chemins de St Jacques, à la fois multiples et un, certains plus emblématiques, voire identitaires, que qu’autres, le chemin de Saint-Gilles est un et multiple. Lié au destin du port, aujourd’hui disparu, de Saint-Gilles, sur le Rhône alors navigable, et au rayonnement de son abbaye, ces chemins eurent leur vie, et pour certains, leur heure de gloire. En particulier, l’itinéraire aussi appelé Chemin de Régordane. Portion de l’ancienne grande route de France (c’est-à-dire d’Île de France) au Languedoc, au XIIe siècle, elle unit le Velay au Midi de la France, par des chemins empruntés par marchands, muletiers, pèlerins. Nous irons sur les chemins du temps à leur rencontre.

 

Marie-Virginie Cambriels est l’auteur de différents guides dans la collection Miam-Miam-Dodo aux éditions du Vieux Crayon, en particulier d’un guide du chemin de Saint-Gilles ou Régordane et du Camino Francés. Elle a parcouru à pied ces itinéraires.


Lire la suite

Les découvertes de l’Australie


Le 14/01/2022


Prochaine conférence : jeudi 20 janvier 2022 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Les découvertes de l’Australie

 

par Jean-Paul Raynal, Directeur de recherches émérite CNRS, Associate researcher Max-Planck Institute de Leipzig.

 

 

Les premiers explorateurs de l’Australie sont à l’origine du peuplement aborigène de ce continent, il y a plusieurs dizaines de milliers d’années. Ces premiers australiens venus d’Asie par l’archipel de la Sonde restèrent longtemps isolés jusqu’à l’arrivée de populations océaniennes dans le nord-est du pays. La soi-disant « découverte » de l'Australie par les Europe?ens se fit progressivement dès 1522 : navigateurs portugais, néerlandais, espagnols et français en décrivirent une partie des rivages et y posèrent le pied dès 1606, avant le célèbre débarquement de l’anglais James Cook en 1770. Il fallut encore plus d’un siècle pour en explorer l’intérieur peuplé par plusieurs centaines de tribus aborigènes dont la culture fut progressivement en grande partie détruite. L’Australie faillit même être française et une de ses parts méridionales s’appelait Terre Napoléon alors que le continent portait encore le nom de Nouvelle-Hollande. Cette conférence reviendra sur la profondeur de la culture aborigène et sur ces premiers contacts avec les européens.


Lire la suite

Tranches de vie en Velay 1798-1918 : 120 ans de faits divers dans l’arrondissement d’Yssingeaux


Le 06/01/2022


Prochaine conférence : jeudi 13 janvier 2022 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Tranches de vie en Velay 1798-1918 : 120 ans de faits divers dans l’arrondissement d’Yssingeaux.

 

par Martine Laulagnier de Barba, auteur d’un ouvrage d’histoire locale.

 

Au travers de faits divers glanés à la fois dans les journaux de l’époque et les jugements des Tribunaux, le récit des anecdotes du temps passé vous fera revivre la vie quotidienne dans l’est du département de la Haute-Loire au XIXè siècle :  crimes et actes de bravoure,  affaires religieuses et politiques, situation sanitaire et économique mais aussi des histoires d’amour et de haine, de misère et de fatalité,  les entorses à la loi, la dureté des conditions de travail et du climat.

 

Cette période de grands changements (trois Républiques, deux Monarchies, deux Empires), est celle de l’industrialisation, de l’apparition de l’électricité, du vaccin antirabique, des rayons X, des grands chantiers (voies ferrées, barrages…) et de tant d’autres évolutions qui seront des révolutions dans la vie quotidienne de nos campagnes.


Lire la suite

Venise et l’Orient : sur les routes de la soie


Le 10/12/2021


Prochaine conférence : jeudi 16 décembre 2021 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Venise et l’Orient : sur les routes de la soie

 

par Marie-Thérèse Giorsetti, professeur agrégée (E.R.)

 

Nous vous proposons de vous emmener en voyage dans le temps de l’Antiquité au XVe siècle et dans l’espace : l’Eurasie.

Suivez nous au cœur du bassin méditerranéen au XIIe siècle dans ce « carrefour » de civilisations où la guerre (les Croisades et le Djiad) et un commerce florissant font bon ménage entre l’Occident chrétien, l’Empire byzantin (Orthodoxe) et le monde Arabo-musulman.

Faisons une longue halte à Venise la Sérénissime, protégée par son lion ailé, nichée au fond du golfe adriatique, protégée par sa lagune au cœur d’un archipel, construite sur pilotis et cernée d’eau de toutes parts, ses palais de style gothique se mirant dans le grand canal.

Entrons dans son arsenal, le plus grand du monde, rendons nous autour du pont du Rialto, le cœur du quartier des affaires.

Puis à bord d’une puissante galère, laissons-nous embarquer vers l’Orient en passant par Constantinople, puis vers le Moyen-Orient et l’extrême Orient en suivant les routes de la soie.

Traversons des déserts brûlants et des hauts plateaux glacés avec des animaux lents et puissants comme les chameaux ou les yacks…

Arrêtons-nous dans les grandes et belles oasis d’Ouzbékistan, reposons nous un moment dans les caravansérails.

Goûtons  ou admirons des produits rares comme les épices, les fourrures, les pierres précieuses, les tapis et surtout ce tissu magique qu’est la soie : le but du voyage.

Suivons les traces de ces grands voyageurs dont le très célèbre Marco Polo, le vénitien, et bien d’autres.

Revenons heureux, nous l’espérons, de ce voyage lointain, les yeux pleins d’images de ce magique Orient.

 


Lire la suite

Troubles de l’audition : quelles prises en charge peut-on proposer ?


Le 02/12/2021


Prochaine conférence : jeudi 9 décembre 2021 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Troubles de l’audition : quelles prises en charge peut-on proposer ?

 

Par le Docteur Larbi Chelikh, praticien hospitalier au C.H.E.R.

 

La prise en charge des troubles de l’audition a connu des progrès conséquents depuis la première description du cornet acoustique en 1624. La chirurgie et l’aide auditive classique ont profité du développement technologique mais également sociologique grâce à la diffusion planétaire des écouteurs, téléphones portables et autres oreillettes communicantes.  Après un rappel historique, anatomo-physiologique et les types de surdités, nous évoquerons les différentes prises en charge actuelles et leurs indications respectives : l’intérêt et les indications de la chirurgie avec le développement de la robotique, aide auditive conventionnelle et les défis à relever dans l’avenir, les implants d’oreille moyenne et les implants cochléaire et du tronc cérébral. On discutera les éventuelles thérapeutiques de l’oreille interne (médicamenteuses et les thérapies géniques).

Il est venu le temps de pouvoir restaurer l’audition quelles que soit sont type, son origine ou sa gravité, de la naissance jusqu’à un âge avancé de la vie grâce aux progrès technologiques. Cette prise en charge des troubles de l’audition est assurée par plusieurs acteurs : le patient, l’équipe ORL, les audioprothésistes, les orthophonistes, les généticiens, les radiologues, les gériatres et les ingénieurs des fabricants d’appareils.


Lire la suite

Camille SAINT-SAËNS (1835 – 1921) ou le prophète de l’équilibre des formes


Le 25/11/2021


Prochaine conférence : jeudi 2 décembre 2021 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Camille SAINT-SAËNS (1835 – 1921)

ou le prophète de l’équilibre des formes,

 

par Patrick Favre-Tissot-Bonvoisin, musicologue conférencier, historien de la musique.

 

 « Saint-Saëns est l’homme qui sait le mieux la musique du monde entier ».

Voici une affirmation qui ne prend que plus de relief lorsque l’on a pris le soin de préciser qu’elle vient de Claude Debussy, lequel n’a jamais été tendre avec la plupart des autres grands compositeurs.

Enfant-prodige, à l’image de Mozart, Camille Saint-Saëns fait des débuts fulgurants comme interprète. Par la suite, il s’imposera beaucoup plus difficilement en tant que créateur, à l’instar de Berlioz dont il devient un fervent disciple et le plus digne héritier.

C’est pourtant par sa création artistique qu’il suscite de nos jours l’étonnement.

Son catalogue est – quantitativement comme qualitativement – considérable et nous apprend qu’il œuvra dans tous les domaines de la musique de son temps : sacré, concertant, symphonique, opéra, piano, orgue, musique de chambre… rien ne lui fut étranger !

Mais, par-dessus tout, il demeure le dernier gardien d’une certaine tradition de la musique française, tradition qui s’éteindra avec lui.

La clarté du langage et la solidité de la construction formelle étaient à la base de ses principes esthétiques, principes qu’il n’a pas hésité à défendre tout au long d’une vie bien remplie.

Cette existence nous révèle un artiste d’exception qu’il est urgent de réévaluer.


Lire la suite

L’Egypte avant les Pharaons


Le 18/11/2021


Prochaine conférence : jeudi 25 novembre 2021 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

L’Egypte avant les Pharaons,

 

par Christian Dupuy, archéologue africaniste.

 

 

La vallée du Nil est l’une des rares régions au monde où l’on peut suivre avec autant de précisions l’évolution d’une société. Les découvertes archéologiques de ces trente dernières années permettent d’en saisir les étapes clés. Entre l’apparition des premières communautés villageoises d’agriculteurs dans le courant du VIe millénaire av. J.-C. – et la naissance de l’état égyptien vers 3.200 av. J.-C. s’écoulent plus de deux millénaires au cours desquels s’opèrent de formidables enchaînements socio-économiques, politiques, religieux et techniques.


Lire la suite

Nicolas de Staël – ruptures et tradition


Le 28/10/2021


ATTENTION - Changement de programme : La conférence de Marie-Virginie Cambriels sur Les chemins de Saint-Gilles et la Régordane aura lieu le jeudi 27 janvier 2022 

 

 

Ce jeudi 18 novembre 2021 à 14 h 45 au Ciné Dyke,Le Puy-en-Velay :

 

 

Nicolas de Staël – ruptures et tradition,

 

par le Docteur Michel Delon.

 

 

L’itinéraire fulgurant de Nicolas de Staël entre le figuratif, l’abstrait et le retour à une certaine figuration, le passage d’une pâte épaisse, posée à la truelle à une peinture fluide, lumineuse, pourrait laisser croire à une hésitation du peintre. Il n’en est rien, quand il s’agit de peindre avec détermination ses paysages d’une saisissante beauté ou ses natures mortes qui nous interpellent avec la même acuité.

« La peinture seule reste en pleine aventure » écrivait Nicolas de Staël ; nous savons que cette aventure fut aussi celle de sa vie.


Lire la suite

Magie et cinéma


Le 15/10/2021


Prochaine conférence : jeudi 21 octobre 2021 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Magie et cinéma,

 

par Michel Barrès, architecte, ancien professeur de l’histoire de l’architecture à l’Université de Lyon II, maître-magicien.

 

De tous temps, la collectivité humaine quelle que soit sa forme a créé des images de différentes tailles et différents supports et a essayé de les animer.

Le premier à avoir réussi, après les précurseurs que furent Plateau et Robertson, est Emile Reynaud. En effet, au Puy-en-Velay, pour illustrer ses cours, il imagina des projections, qui par la suite le conduiront au « Praxinoscope » (conservé au musée du Puy-en-Velay).

De leur côté, les frères Lumière cherchent et trouvent la technique de la projection animée de photographies avec l’invention du « Cinématographe ».

C’est le prestidigitateur-magicien Georges Méliès qui, directeur du théâtre Robert Houdin, voit tout l’intérêt de cette nouvelle « attraction ». Il invente les premiers trucages issus de son savoir de magicien. Il est l’inventeur de pratiquement tous les trucages : fondus enchainés, travelling. Inventeur du cinéma d’auteur, il finira ruiné par la concurrence de grands producteurs, (Pathé, Gaumont).

Théâtre Grévin, théâtre Robert-Houdin : Emile Reynaud et Georges Méliès, étaient connectés avec la Magie. Mais c’est bien le 30 aout 1877 que fut déposé au Puy le brevet de l’invention d’Emile Reynaud.

L’aventure du cinéma commence.

La vidéoconférence sera accompagnée de présentation d’un praxinoscope, d’une lanterne magique, et d’accessoires magiques.


Lire la suite

Le vitrail, quête spirituelle de la lumière


Le 08/10/2021


Prochaine conférence : jeudi 14 octobre 2021 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Le vitrail, quête spirituelle de la lumière,

 

par Geneviève Sanchez, conférencière, historienne de l’art.

 

Le vitrail résulte d’une quête spirituelle et collective de la lumière réunissant des riches commanditaires et ceux qui fabriquent le verre, ceux qui soufflent la pâte pour en faire une feuille, ceux qui établissent le patron de la fenêtre et sa structure extérieure, ceux qui découpent le verre et peignent à l’aide de la grisaille, ceux qui ajustent les morceaux dans des plombs soudés, ceux qui mettent en place la fenêtre dans son armature définitive. Depuis l’époque carolingienne, c’est un art religieux d’Occident où la France innove. Mais qu’ils sont loin les temps médiévaux où tous les arts concouraient à célébrer le divin, sans hiérarchie, dans un humble élan collectif de foi. Aujourd’hui, auprès d’une population fortement déchristianisée, le pouvoir attractif du vitrail est en baisse. L’avenir est dans les grandes constructions civiles mais y aura-t-il de nouveaux commanditaires?


Lire la suite

Une femme d'exception : Hildegarde de Bingen


Le 01/10/2021


Prochaine conférence : jeudi 7 octobre 2021 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Une femme d'exception : Hildegarde de Bingen,

 

par Dominique Roux, inspecteur général honoraire de l’Education nationale.

 

Sainte Hildegarde est une mystique du 12ième siècle qui a été canonisée et déclarée docteur de l’Église en 2012. C'est l'une des 4 femmes seulement qui ont reçu le titre de docteur de l’Église. (32 hommes ont reçu ce titre)

Elle est connue pour ses visions qu'elle a eues dès l'âge de 4 ans, pour ses traités, en particulier les « Scivias », véritable somme théologique en images, pour ses œuvres musicales, pour avoir fondé deux monastères au nord-ouest de l'Allemagne, pour avoir eu un engagement missionnaire et politique exemplaire, pour ses recettes culinaires et pour son intérêt pour la médecine.

           Sa pensée, à la fois scientifique et métaphysique, s’attache à comprendre le monde de façon intégrale et globale, pour elle l'homme et le cosmos sont intimement unis dans l’œuvre divine. L'objectif final de sa recherche était de connaître et de comprendre l'âme humaine, en plaçant le Christ, Homme-Dieu, au centre de l'univers.

           Femme énergique et de caractère qui a su tenir tête aux plus puissants de la Terre, papes et rois, elle laisse des œuvres artistiques remarquables et une pensée forte et très moderne.

           Référence : Hildegarde de Bingen, Prophète et docteur pour le troisième millénaire, de Pierre Dumoulin, Éditions des Béatitudes.


Lire la suite

LES SPAHIS


Le 23/09/2021


Prochaine conférence : jeudi 30 septembre 2021 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

Les Spahis,

 

par Albert Ducloz, ancien du 1er Régiment de Spahis algériens et membre du « Burnous ».

 

Les français ne connaissent généralement les spahis et leurs burnous blancs que par le défilé militaire du 14 juillet sur l’avenue des champs Elysées et, également, hélas, par leur présence dans la cour des Invalides, lorsqu’ils rendent les honneurs aux soldats tués en opération extérieure (Mali ou autre).

Pourtant, cette armée, d’origine turque, remonte au XIVe siècle. Elle ne fut incorporée dans l’armée française qu’à l’occasion de la conquête de l’Algérie en 1830. Depuis, les spahis ont participé avec courage à toutes les guerres que dut soutenir la France : 1870, 1914-1918, 1939-1945, sans oublier les guerres d’Indochine, d’Algérie, tempête du désert en Irak en 1990, Afghanistan, Mali et bien d’autres.

Le dernier régiment de spahis est basé à Valence où il est intégré à la Force d’action rapide, ce qui lui vaut de participer aux opérations extérieures où sont engagées les forces françaises. Ce régiment est le plus décoré de l’armée blindée.

J’y ai personnellement été intégré le 1er juillet 1960 et jusqu’au 30 avril 1962 à l’occasion de mon service militaire en Algérie. Nous étions basés sur la ligne Morice, le fameux barrage électrifié qui fermait la frontière algéro-tunisienne et nous avions en face de nous l’Armée de libération nationale du colonel Boumedienne.

Membre de l’association Le Burnous qui rassemble les anciens spahis, jeunes et vieux, j’aurai l’occasion de vous en dire plus le 30 septembre sur ces soldats en burnous blanc qui se battent pour la France depuis bientôt deux cents ans.


Lire la suite

PROGRAMME 2021-2022


Le 26/08/2021



Lire la suite

ANNULATION DES CONFERENCES JUSQU’EN MAI 2021


Le 22/04/2021


En raison de l’épidémie due à la Covid 19, seules les trois premières conférences de notre saison 2020-2021 ont pu avoir lieu. Le Conseil d’administration ponot a pris la décision d’annuler le reste de son programme jusqu’en mai 2021, au vu de l’incertitude d’ouverture des cinémas. Cependant, la plupart des conférences sont reportées à la saison 2021-2022. Les abonnés recevront dans le courant du mois de juin prochain le détail de cette programmation avec un chèque de remboursement de leur abonnement correspondant au nombre de séances qui n’ont pas pu avoir lieu. Rendez-vous à tous pour le jeudi 30 septembre 2021. Nous vous remercions de votre fidélité.


Lire la suite

Les Spahis


Le 03/12/2020


Prochaine conférence : La crise sanitaire ayant modifié notre programmation, le traditionnel gâteau des rois de l’Université pour tous - collège du Puy-en-Velay - n’aura pas lieu. Le jeudi 7 janvier, Albert Ducloz, initialement prévue le 5 novembre, donnera sa conférence sur les Spahis au ciné Dyke à 14 H 45.

 

Les Spahis,

 

par Albert Ducloz, ancien du 1er Régiment de Spahis algériens et membre du « Burnous ».

 

Les français ne connaissent généralement les spahis et leurs burnous blancs que par le défilé militaire du 14 juillet sur l’avenue des champs Elysées et, également, hélas, par leur présence dans la cour des Invalides, lorsqu’ils rendent les honneurs aux soldats tués en opération extérieure (Mali ou autre).

Pourtant, cette arme, d’origine turque, remonte au XIVe siècle. Elle ne fut incorporée dans l’armée française qu’à l’occasion de la conquête de l’Algérie en 1830. Depuis, les spahis ont participé avec courage à toutes les guerres que dut soutenir la France : 1870, 1914-1918, 1939-1945, sans oublier les guerres d’Indochine, d’Algérie, tempête du désert en Irak en 1990, Afghanistan, Mali et bien d’autres.

Le dernier régiment de spahis est basé à Valence où il est intégré à la Force d’action rapide, ce qui lui vaut de participer aux opérations extérieures où sont engagées les forces françaises. Ce régiment est le plus décoré de l’arme blindée.

J’y ai personnellement été intégré le 1er juillet 1960 et jusqu’au 30 avril 1962 à l’occasion de mon service militaire en Algérie. Nous étions basés sur la ligne Morice, le fameux barrage électrifié qui fermait la frontière algéro-tunisienne et nous avions en face de nous l’Armée de libération nationale du colonel Boumedienne.

Membre de l’association Le Burnous qui rassemble les anciens spahis, jeunes et vieux, j’aurai l’occasion de vous en dire plus le 7 janvier sur ces soldats en burnous blanc qui se battent pour le France depuis bientôt deux cents ans.

 

 


Lire la suite

Trois compositeurs auvergnats : Jean-Philippe Rameau, George Onslow, Emmanuel Chabrier


Le 09/10/2020


Prochaine conférence : jeudi 15 octobre 2020 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Trois compositeurs auvergnats : Jean-Philippe Rameau, George Onslow, Emmanuel Chabrier,

 

par Julien Caron, Directeur du Festival de La Chaise-Dieu.

 

Appartenant à des générations différentes, les compositeurs Jean-Philippe RAMEAU (1683-1764), deux fois organiste à la Cathédrale de Clermont, George ONSLOW (1784-1853), dont le château de d’Aulteribe (Puy-de-Dôme) conserve la mémoire encore vive, et Emmanuel CHABRIER (1841-1894), natif d’Ambert dans le Livradois, ont en commun un lien privilégié avec l’Auvergne. A travers une biographie croisée de ces trois musiciens, la conférence s’intéressera à la façon dont cet ancrage géographique et culturel transparaît ou non dans leurs œuvres. Ainsi, lorsque Emmanuel Chabrier affirme « je rythme ma musique avec mes sabots d’Auvergnat », s’agit-il d’une réelle démarche musicale ou simplement d’une coquetterie de musicien « de salon » ? Et si, en définitive, il y avait là quelque chose de constitutif de l’« esprit français » ?


Lire la suite

Martin Luther et l’Eglise catholique


Le 02/10/2020


Prochaine conférence : jeudi 8 octobre 2020 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Martin Luther et l’Eglise catholique,

 

par Patrick Guelpa, maître de conférences (E.R.).

 

Cette conférence aura pour support principal le livre de mon ami Peter Blank, prêtre catholique en Allemagne et Docteur en théologie : Peter BLANK : Luther et son époque. Une vue d'ensemble, Paris, le Laurier, juillet 2018, 179 pages, prix : 10 €.

Le livre donne un très bon aperçu de la situation de l’Église catholique avant l’époque de Luther (les 5 siècles précédents) et explique les raisons pour lesquelles la Réforme protestante s’est répandue si rapidement. La vie de Luther (1483-1546), ses difficultés, sont présentées avec objectivité. En particulier, l’auteur n’hésite pas à aborder des questions brûlantes dans le dialogue œcuménique. Ce livre, qui se veut factuel et équilibré, se fonde sur une connaissance approfondie de la pensée et de l’action de Martin Luther. Il se propose d’offrir aux chrétiens catholiques et protestants matière a? réflexion personnelle et des éléments pour un dialogue sur leur foi. Nous pourrons discuter et échanger respectueusement sur tous les points qui vous auront intéressé(e)s à la fin. Bienvenue à tous ! Patrick Guelpa


Lire la suite

Quoi de neuf en cardiologie ?


Le 24/09/2020


Prochaine conférence : jeudi 1er octobre 2020 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Quoi de neuf en cardiologie ?,

 

par le Docteur Olivier de Tauriac, chef du service cardiologie au CHER.

 

Notre cœur, un organe à connaître sans modération à partir de son histoire :  son fonctionnement, son entretien, sa réparation avec les possibilités d’aujourd’hui et celles de demain.

.


Lire la suite

programme 2020-2021


Le 03/09/2020



Lire la suite

ANNULATION CONFERENCE DU 19 MARS


Le 13/03/2020


Collège du Puy-en-Velay : Annulation de la conférence du 19 mars 2020

En raison des dispositions sanitaires qui doivent être prises, la conférence du collège du Puy-en-Velay du 19 mars ne pourra avoir lieu.


Lire la suite

Les Gitans en Espagne


Le 12/03/2020


Prochaine conférence : jeudi 19 mars 2020 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Les Gitans en Espagne,

 

par Marie Leplat, professeure agrégée d’espagnol.

 

 

Les Gitans d’Espagne sont encore peu connus et font l’objet de nombreux topiques dégradants. Cette population, originaire d’Inde, est installée en Espagne depuis le XVème siècle et a connu des décennies de répression et de persécutions : qu’il s’agisse des Monarques de XVIème siècle, ou du régime Franquiste ; des espagnols du Siècle des Lumières ou du XXIème siècle, les Gitans sont encore diabolisés, marginalisés, maltraités. Nous évoquerons ainsi leur histoire dans la péninsule ibérique, leurs spécificités culturelles, les arts et métiers qu’ils pratiquent afin de mieux  les connaître, et de se souvenir.  


Lire la suite

La harpe depuis la Renaissance


Le 05/03/2020


Prochaine conférence : jeudi 12 mars 2020 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

La harpe depuis la Renaissance,

 

Par Anthony Castin, professeur de harpe et musicien.

 

Anthony Castin, harpiste, enseignant à l’Oiseau-Lyre (Le Puy-en-Velay), et à l’école de musique de Brioude (harpe et atelier de musique ancienne).

 

« La harpe a pour elle la richesse de son passé. Elle est un des rares fils conducteurs qui permet de remonter, à peu près sans interruption, jusqu’à la préhistoire », André Schaeffner, ethnologue et musicologue. Genèse des instruments de musique, 1960.

 

La harpe, on la retrouve sous différentes formes, sur tous les continents, et quasiment à toutes les époques. Notre sujet sera donc recentré sur un territoire moins vaste, l’Europe occidentale, et prendra comme point de départ le XVIème siècle. C’est à partir de ce moment que les luthiers vont essayer de modifier la harpe pour lui permettre d’obtenir, comme un piano, la totalité des notes (le chromatisme), qu’elle ne pouvait jusque là pas faire. Sur notre route, nous rencontrerons des personnalités telles que la reine Marie-Antoinette, l’impératrice Joséphine ou le célèbre facteur de pianos Sébastien Erard.

Cette conférence musicale sera illustrée par une riche iconographie et des enregistrements sonores sur instruments d’époque. Les auditeurs pourront entendre et approcher quelques instruments qui seront amenés sur place.


Lire la suite

La harpe depuis la Renaissance


Le 21/02/2020


Prochaine conférence : jeudi 12 mars 2020 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

La harpe depuis la Renaissance,

 

Par Anthony Castin, professeur de harpe et musicien.

 

Anthony Castin, harpiste, enseignant à l’Oiseau-Lyre (Le Puy-en-Velay), et à l’école de musique de Brioude (harpe et atelier de musique ancienne).

 

« La harpe a pour elle la richesse de son passé. Elle est un des rares fils conducteurs qui permet de remonter, à peu près sans interruption, jusqu’à la préhistoire », André Schaeffner, ethnologue et musicologue. Genèse des instruments de musique, 1960.

 

La harpe, on la retrouve sous différentes formes, sur tous les continents, et quasiment à toutes les époques. Notre sujet sera donc recentré sur un territoire moins vaste, l’Europe occidentale, et prendra comme point de départ le XVIème siècle. C’est à partir de ce moment que les luthiers vont essayer de modifier la harpe pour lui permettre d’obtenir, comme un piano, la totalité des notes (le chromatisme), qu’elle ne pouvait jusque là pas faire. Sur notre route, nous rencontrerons des personnalités telles que la reine Marie-Antoinette, l’impératrice Joséphine ou le célèbre facteur de pianos Sébastien Erard.

Cette conférence musicale sera illustrée par une riche iconographie et des enregistrements sonores sur instruments d’époque. Les auditeurs pourront entendre et approcher quelques instruments qui seront amenés sur place.


Lire la suite

Les Archives départementales, fonctions et fonctionnement


Le 14/02/2020


Prochaine conférence : jeudi 20 février 2020 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Les Archives départementales, fonctions et fonctionnement,

 

par Martin de Framond, Directeur des Archives départementales.

 

 

Institution discrète, les Archives conservent des masses de documents relégués par les bureaux de l’administration, certains anciens, voire anciens de plusieurs siècles. De temps en temps des dons ou des achats viennent les rejoindre. Ce dépôt est parfois utile. Les particuliers y retrouvent les traces de leur histoire personnelle ou familiale ; les administrations, des précédents ; les historiens, quantité de faits oubliés, mais sûrs.

Récupérer ces masses ne va pas toujours de soi. Les conserver, trier, mettre en ordre est un travail discret et patient, nécessaire pour les rendre accessibles. C’est un métier, appuyé sur des principes nés d’une longue expérience pratique. Les archivistes ne font pas toujours les mêmes choix que les bibliothécaires, ou les documentalistes, métiers apparentés.

Un des principes qui caractérise la profession est le secret : principe inquiétant à l’époque de la transparence administrative, et contradictoire avec le désir contemporain de rendre accessibles à tous les données. Mais aussi principe protecteur de certaines démarches d’administration ou de la vie privée des personnes.

Le caractère confidentiel n’était pas très difficile à conserver dans le monde d’hier. Le monde internet change la donne, l’accessibilité devient bien plus directe, faisant apparaître en pleine lumière tous les paradoxes du métier. C’est une révolution dans le monde feutré des Archives. Mais bien des méprises se sont vite installées. Les attentes du grand public contemporain ne sont pas plus faciles à satisfaire que celles des érudits d’autrefois.

Les archivistes ont à relever des défis nouveaux en plus des anciens.


Lire la suite

Le cerveau humain, bien plus qu’une machine


Le 07/02/2020


Prochaine conférence : jeudi 13 février 2020 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Le cerveau humain, bien plus qu’une machine

 

par Pierre-Luc Rigaud, biologiste.

Le cerveau humain est le chef d’orchestre de tout notre organisme : il contrôle les fonctions vitales ; reçoit, traite, intègre et interprète toute information venue de nos cinq sens ; contrôle nos mouvements ; nous permet de penser, réfléchir, ressentir, être ; évolue tout au long de notre existence. Il faut donc le garder en bonne forme.

Après un peu d’anatomie pour comprendre son fonctionnement, nous verrons ses besoins, mais aussi ses ennemis.

Qu’est-ce que la mémoire ? Elle fonctionne comme une médiathèque, trie, classe puis grave les informations.

De la naissance au grand âge le cerveau évolue et s’adapte en permanence. Chaque âge a ses points forts. La capacité du cerveau à remodeler ses connexions, c’est la plasticité cérébrale, et, bonne nouvelle, elle reste intacte jusqu’à la fin de la vie pourvu que l’on entretienne son capital cerveau en variant les stimulations intellectuelles ou physiques. Le cerveau vieillit mais se réorganise. La neurogénèse ou fabrique de nouveaux neurones se poursuit jusqu’à un âge très avancé.

Les deux principales maladies du cerveau, la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer sont responsables d’une lente dégénérescence des neurones, et se développent avec l’augmentation de l’espérance de vie.


Lire la suite

La foudre et les phénomènes orageux


Le 31/01/2020


Prochaine conférence : jeudi 6 février 2020 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

 

La foudre et les phénomènes orageux,

 

par Raymond Piccoli, astrophysicien.

 

Cette conférence très pédagogique dont le fil conducteur est axé sur la prévention, vous entraine dans un fascinant voyage au cœur des phénomènes orageux, à la découverte de l’une des plus spectaculaires manifestations de la nature. Tout en bousculant beaucoup d’idées reçues, découvrez à la manière d’un « traqueur d’orages » l’intimité de la foudre, de la grêle, des vents violents, mais aussi des tornades. Sont également abordés l’incidence des dérèglements climatiques, les curieuses et surprenantes manifestations du « feu du ciel », comme la foudre en boule ou les images « kéraunographiques », véritables décalcomanies naturelles laissées parfois par le passage du fluide électrique. Exemples concrets et anecdotes à l’appui, c’est la conférence pour craindre l’orage sans en avoir peur…


Lire la suite

Végétarisme, de l'Antiquité à nos jours : des enjeux éthiques aux enjeux écologiques


Le 24/01/2020


Prochaine conférence : jeudi 30 janvier 2020 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

 

Végétarisme, de l’Antiquité à nos jours : des enjeux éthiques aux enjeux écologiques,

 

par Gisèle Souchon, professeure agrégée de philosophie.

 

 

Le végétarisme, le végétalisme et le véganisme paraissent aux yeux de certains détracteurs une mode récente. Or, ce comportement alimentaire est loin d'être une simple lubie de bobo mais le résultat d'une prise de conscience des enjeux éthiques et écologiques de nos comportements alimentaires mais également des impacts désastreux  sur notre santé d'une alimentation carnée. Par ailleurs, loin d'être un phénomène récent, le végétarisme remonte à  la plus haute antiquité et nous tenterons de retracer, à travers plusieurs exemples, l'histoire de ce mode d'alimentation respectueux de la vie animale, de notre corps et de la planète qui a été adopté par de nombreux écrivains et philosophes durant les siècles passés, ainsi que par de grands génies scientifiques. Nous nous interrogerons ensuite plus longuement sur les enjeux éthiques et écologiques du végétarisme.

 


Lire la suite

De Jules Romains à Henri Dubois : deux penseurs unanimistes


Le 16/01/2020


Prochaine conférence : jeudi 23 janvier 2020 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

 

De Jules Romains à Henri Dubois : deux penseurs unanimistes,

 

par Alain Bosdecher, professeur agrégé de lettres honoraire.

 

Jules Romains (1885-1972) est l’inventeur de l’Unanimisme, conception de l’existence qui place l’individu dans une conscience éveillée de la communauté humaine à laquelle il se rattache. Ami de Jules Romains et lui-même philosophe, Henri Dubois (1920-2017) fut l'homme qui réconcilia l'écrivain avec son pays natal de St Julien-Chapteuil, cette terre vellave qui tient une place si importante dans son oeuvre.

Henri Dubois était comparable aux meilleurs des Hommes de Bonne Volonté : un être généreux, ouvert, et de libre pensée. Mais il avait aussi cette intuition vitale qui l’amenait à la rencontre d’autrui. A Paris, à Saint-Etienne comme à Saint-Julien-Chapteuil, il a vécu l’unanimisme comme passeur d’idées et d’âmes, favorisant de sa présence et de son action tout ce que les groupes humains peuvent produire de meilleur : la culture pour l’esprit, la fraternité pour le cœur.


Lire la suite

Splendeurs de Madère


Le 02/01/2020


Prochaine conférence : jeudi 16 janvier 2020 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

 

Splendeurs de Madère,

 

par Dominique Roux, Inspecteur général honoraire de l’Education nationale.

Madère est une île portugaise de l'océan Atlantique qui n'a été découverte qu'au 15ème siècle et qui séduit par sa beauté. Elle offre la Nature et encore la Nature sous toutes ses formes : la mer, des sommets alpins, des roches colorées, des paysages à couper le souffle et une multitude de fleurs que nous ne trouvons chez nous que chez les fleuristes.

Sa population est à peu près aussi nombreuse que celle de la Haute-Loire mais répartie sur une surface beaucoup plus réduite : 740 km2. Sa capitale Funshal, a environ 120 000 habitants et concentre la moitié de la population de l’île.

Le touriste est enchanté par les lévadas qui offrent des centaines de kilomètres de promenades, par les belles quintas à visiter, par la savoureuse gastronomie, par l’artisanat local, par ses piscines naturelles en lave volcanique et par une multitude de surprises qui émerveillent petits et grands.


Lire la suite

Journal de voyage d’un pèlerinage en Terre Sainte


Le 13/12/2019


Prochaine conférence : vendredi 19 décembre 2019 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy en Velay

 

 

 

Journal de voyage d’un pèlerinage en Terre Sainte,

 

par le Docteur Michel Viallet.

 

Depuis les premiers siècles de notre ère, des millions de pèlerins ont fait cette démarche pour des raisons diverses, tournant autour de l’approfondissement de leurs connaissances, de la recherche de la vérité… La « Terre Sainte » est cette région du Moyen-Orient où est né et où a vécu Jésus-Christ qui, pour les chrétiens, est le Fils de Dieu. Cette région a une histoire particulièrement riche et complexe, au moins pour 2 raisons : région de passages entre l’Orient et l’Occident, entre l’Anatolie au nord et l’Egypte au sud, mais aussi cette région est le creuset des 3 religions monothéistes : judaïsme, christianisme et islam.

Ce qui s’est passé dans cette région, il y a 2 000 ans, est probablement l’évènement qui a le plus marqué l’histoire de l’humanité.

Ayant participé au pèlerinage organisé par le diocèse du Puy-en-Velay fin 2018, j’ai souhaité partager cette belle expérience, sous forme d’un journal de voyage, avec son aspect culturel et spirituel.

Du désert du Néguev à la Mer Morte, de Bethléem à Nazareth, du lac de Tibériade à Jérusalem, en passant par Jéricho et le Jourdain, nous découvrons ces différents lieux chargés d’histoire, mais qui ne sont pas figés dans le temps. Cette région, partagée actuellement entre l’état d’Israël et les Territoires Palestiniens, est dans un état d’équilibre que l’on peut qualifier de probablement instable, tant les enjeux sont complexes.

Entre enrichissement culturel et spirituel, ce voyage est une étape marquante à partager avec ceux qui le souhaitent.


Lire la suite

Mythes de Noël : paganisme, christianisme, consumérisme


Le 06/12/2019


Prochaine conférence : vendredi 12 décembre 2019 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

 

Mythes de Noël : paganisme, christianisme, consumérisme,

 

par Roger Chaleil, professeur honoraire.

 

Au début du mois de décembre s’ouvre l’année liturgique chrétienne avec l’Avent qui annonce la venue du Messie, culmine avec Noël et se conclut par l’Epiphanie ou fête des Rois. C’est la période des fêtes dont, après la Saint Nicolas, Noël constitue le point d’orgue des rites religieux maintenus (messe dite de minuit, crèche dans les églises, mais aussi : des coutumes plus ou moins laïcisées et folklorisées (sapins de Noël, Père Noël, cadeaux, réveillon, repas du jour avec bûche de Noël). Le réveillon de la Saint Sylvestre, le repas du Nouvel An et la galette des Rois les prolongent par des festivités conviviales.

S’il existe des thématiques chrétiennes évidentes centrées sur le mystère de l’incarnation, il n’en demeure pas moins qu’elles ont été précédées par des pratiques païennes (culte des arbres, culte du feu, repas des fées) que le christianisme a continuées ou neutralisées en leur donnant un sens nouveau.

Après la seconde guerre mondiale, la société de consommation et le développement des grandes surfaces ont élargi la période d’achats festifs de novembre à janvier. D’autres prennent la relève (Saint Valentin, Pâques, etc). La consommation des ménages favorise la croissance du PIB, donc l’emploi donc le pouvoir d’achat donc la consommation. C’est le cercle vertueux de l’économie qui donne l’impression d’avoir pris le pas sur les croyances et pratiques religieuses avec le mythe du client-Roi.

 


Lire la suite

Les tribulations des tableaux flamands de Montfaucon : Abel Grimmer 1592


Le 29/11/2019


Prochaine conférence : vendredi 5 décembre 2019 à 14 h 45 au Ciné Dyke, Le Puy-en-Velay

 

 

Les tribulations des tableaux flamands de Montfaucon : Abel Grimmer 1592

par Jean-Claude Saby, écrivain.

 

 

Vous connaissez sans doute, ou vous avez au moins entendu parler des douze tableaux signés d’Abel Grimmer (1575-1619) exposés dans la chapelle Notre-Dame de Montfaucon-en-Velay.

Cette série représente les mois de l’année sous forme d’illustrations de versets bibliques, en prenant pour décor la vie profane rurale flamande de l’époque. Elles ont été réalisées à 19 ans par l’artiste (à la notoriété proche de celle de son contemporain Jan Brueghel (l'Ancien) dont seule une centaine d’œuvres sont arrivées jusqu’à nous.

Une série de tableaux exceptionnelle

En effet, il s’agit de la seule collection complète en Europe d’Abel Grimmer, accrochée dans un lieu cultuel, visible par le public et notamment les pèlerins de passage sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Ces douze peintures sur bois (50X67) sont exceptionnelles à divers titres. Elles ont titillé la curiosité de Jean-Claude Saby, Montfauconnais d’adoption par son mariage, féru d’art et d’histoire. Depuis trente ans, avec passion et ténacité, Jean-Claude Saby a creusé le sujet. Il nous livrera dans sa conférence le fruit de ses recherches qu’il intitule : « Le secret dévoilé ».


Lire la suite

Le trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin 1989-2019 – approches géohistoriques, géostratégiques et géopolitiques par Christian Daudel, consul honoraire.


Le 22/11/2019


Prochaine conférence : jeudi 28 novembre 2019 à 14 h 45 au Ciné Dyke - Le Puy-en-Velay

 

 

Le trentième anniversaire de la chute du mur de Berlin 1989-2019 – approches géohistoriques, géostratégiques et géopolitiques

 

par Christian Daudel, consul honoraire.

 

Trentième anniversaire de la Chute du mur de Berlin- 9 novembre 2019- Jour emblématique – c’était un jeudi- le 9 novembre 1989, le « mur de la honte » pour le gouvernement de la RFA et les Occidentaux, (« mur de la protection antifasciste pour le gouvernement de la RDA) « s’ouvre » à Berlin, à la surprise générale de l’opinion publique du monde entier et aussi de bien des gouvernements, même si des prémices avaient alerté des esprits plus avisés sur des changements majeurs dans le contexte de la guerre froide à l’époque. Trente ans déjà et nous nous en souvenons encore comme si c’était hier. Magnifique anniversaire s’il en est ! Commémoration ? Célébration ? Recueillement ? Quels souvenirs ! Quelles mémoires ! Quels sentiments ? Quelles émotions ? Quelles leçons pouvait-on en tirer à l’époque pour un « avenir » qui est devenu notre « présent aujourd’hui » ? Quelles leçons en tirer ici et maintenant ? Passionnante rétrospective historique avec la nécessité pour notre XXIe siècle désormais bien engagé de repenser en conscience et en lucidité la géopolitique et la géostratégie qui en ont résulté en Europe. Ce qui nous amène à dire désormais que la chute du mur de Berlin fut un véritable séisme géopolitique et géostratégique sinon un cataclysme en ce domaine!


Lire la suite

Prise en charge de l


Le 15/11/2019


Prochaine conférence : jeudi 21 novembre 2019 à 14 h 45 au Ciné Dyke

 

 

Prise en charge de l’accident vasculaire cérébral en 2019

 

par le Docteur Jérémie Dassa, responsable du service neurologique au CHER.

L’accident vasculaire cérébral (AVC) reste en 2019 une pathologie fréquente et grave, constituant en France la troisième cause de décès et la première cause de handicap acquis de l’adulte. Il en existe de nombreux facteurs de risques réversibles en premier lieu desquels l’hypertension artérielle. On distingue parmi les AVC les AVC ischémiques ou infarctus cérébraux (IC) constituant 80% des cas et causés par une occlusion artérielle, et les AVC hémorragiques ou hémorragies cérébrales (HC), 20% des cas, causés par la rupture d’un vaisseau. Les symptômes cliniques en sont divers, en général non douloureux et brutaux, les plus fréquents sont la perte de force d’un côté du corps (main, face ou tout un côté), un trouble du langage (difficulté à parler, à comprendre les propos), des troubles visuels (perte de vision d’un œil ou d’un hémichamp visuel). Le diagnostic repose sur l’imagerie cérébrale, scanner ou IRM. La prise en charge de cette pathologie comprend plusieurs temps et diffère entre les 2 principales entités. La prise en charge urgente de l’IC repose sur la reperfusion cérébrale c’est-à-dire la désobstruction de l’artère occluse, grâce à 2 moyens : d’une part la fibrinolyse intraveineuse (perfusion d’une molécule fibrinolytique, visant à dissoudre le caillot sur une heure) et d’autre part la thrombectomie mécanique (retrait mécanique du caillot par voie intra-artérielle). Le seul traitement validé de l’hémorragie cérébrale spontanée reste la réduction urgente de la pression artérielle. L’effet d’une prise en charge en unité neurovasculaire (UNV) est significatif tant sur le plan de la mortalité que de la récupération fonctionnelle pour tous les types d’AVC, en faisant le premier « traitement » commun à tous les AVC. Le second temps de la prise en charge est d’une part celui de la recherche et du traitement de l’étiologie de l’IC ou de l’HC, et d’autre part celui de la rééducation fonctionnelle faisant appel à de nombreux spécialistes médicaux et paramédicaux, et dont la durée dépend du handicap initial, visible mais également invisible (fatigue, troubles cognitifs et comportementaux), et de sa vitesse de récupération. Ce temps rééducatif nécessite souvent la prise en charge en service de Médecine Physique et de Réadaptation (MPR). Des améliorations de cette prise en charge des AVC reposent sur une meilleure connaissance et reconnaissance des symptômes par la population générale qui permettront notamment un accès plus rapide aux différents traitements de reperfusion dans l’IC. Des traitements fibrinolytiques plus efficaces et sûrs et des traitements spécifiques de l’hémorragie cérébrale sont à l’étude tout comme des traitements neuroprotecteurs et de stimulation de la plasticité cérébrale.


Lire la suite

Le jardin dans l'art


Le 08/11/2019


Prochaine conférence : jeudi 14 novembre 2019 à 14 h 45 au Ciné Dyke

 

 

Les jardins dans l’art

 

par Anne Muller, artiste plasticienne et conférencière.

 

Les jardins, créations par nature éphémères, ont  toujours été une source d’inspiration pour les artistes, dont les œuvres constituent en outre une documentation précieuse pour qui s’intéresse à l’art des jardins. Du Paradis médiéval au « jardin planétaire » contemporain et au Land Art,  le jardin est par excellence un lieu de création où s'exprime  l'évolution de  nos représentations du monde et l’on doit aux artistes d’en avoir fixé la mémoire dès l’origine.

Au commencement était un jardin : les  premières traces artistiques de jardins aménagés se trouvent en Mésopotamie, là où la tradition situe l’Eden, lieu de paix et de joie, irrigué par les eaux, enchanté par la musique et les parfums. Depuis l’antiquité,  les mythiques jardins suspendus de Babylone hantent l’imaginaire occidental à la manière d’un paradis perdu que les hommes n’ont eu de cesse de recréer. L’antiquité grecque et romaine a donc copié les jardins d’agrément de Perse et d’Orient,  ce dont témoignent les images idylliques des fresques pompéiennes aux jardins toujours verts et éternellement fleuris. A partir du VIIe siècle, le vert devient la couleur emblématique de l’Islam car les arabes découvrent eux-aussi en Perse le Paradis promis par le prophète,  qu’ils représenteront bientôt dans leurs miniatures comme un jardin luxuriant, symbole de vie et d’espoir. Et c’est l’Islam qui  transmet l’art des jardins au Moyen-âge. Jardin clos, toujours fleuri et luxuriant, ainsi nous apparait le jardin médiéval, jardin d’amour divin ou courtois, qui préfigure les béatitudes de la Jérusalem céleste.

Né en Italie, le jardin humaniste de la Renaissance fait revivre l’idéal antique, cet  idéal  même qui irriguera au siècle suivant la nature contrainte du  jardin à la française,  dans une  métaphore théâtralisée du pouvoir monarchique. Au 18e siècle, l’Angleterre plante ses jardins comme on peint des tableaux, invente le pittoresque, le parlementarisme et défend la liberté de la nature. La France l’imite, ce sera le jardin des Lumières, lieu d’inspiration poétique et de réflexion philosophique où s’enracine notre moderne sentiment de la nature. Dès  lors l’amour de la nature ne cessera d’inspirer les artistes et certains, comme Monet,  se feront jardiniers pour mieux réinventer l’art de la peinture. L’Art nouveau qui ouvre le XXe siècle est un  hymne qui exalte la nature jusque dans les arts décoratifs,  contribuant  à démocratiser le goût  des jardins. La prise de conscience écologique des dernières décennies a élargi le jardin aux dimensions de la Terre, Le Land Art , en faisant de la nature un matériau artistique nous apprend à la voir autrement, à l’aimer et  à la protéger.


Lire la suite

Justice et présomption d'innocence


Le 18/10/2019


Prochaine conférence : jeudi 7 novembre 2019 à 14 h 45 au Ciné Dyke

 

 

Justice et présomption d’innocence

 

par Jean-Louis Coste, procureur de la République honoraire.

 

Affaire criminelle médiatisée, scandale à connotation politique, ou délinquance de droit commun du quotidien, la présomption d’innocence recouvre toutes les situations relevant du droit pénal.

Son objet essentiel vise à la protection des personnes, en prohibant le fait de présenter comme l’auteur d’une infraction toute personne impliquée dans une procédure judiciaire tant qu’elle n’a pas été définitivement reconnue coupable par une juridiction pénale.

Régulièrement bafouée en tout impunité par les médias n’est-elle pas au mieux une fiction juridique, voire même un vœu pieux du législateur assumé en toute hypocrisie ? Pour le profane, les rouages de la justice restent bien souvent incompréhensibles et ils nécessitent un décryptage sommaire pour mieux appréhender le sens et la portée de cette disposition législative.

Bossuet écrivait il y a 300 ans : « La pire aberration de l’esprit est de vouloir voir les choses comme on voudrait qu’elles soient et non comme elles sont » : une définition parfaitement adaptée à la présomption d’innocence !

 

 

La salle du ciné Dyke est ouverte à partir de 14 H 15. Pour assister à la conférence sans être abonné, une participation aux frais de 8 euros sera demandée à l’entrée.


Lire la suite

Science moderne et pensée biblique : quelle convergence ?


Le 10/10/2019


UNIVERSITE POUR TOUS DU PUY-EN-VELAY

 

Prochaine conférence : jeudi 17 octobre 2019 à 14 h 45 au Ciné Dyke

 

 

Science moderne et pensée biblique : quelle convergence ?

 

par Alain Monestier, peintre et chercheur en Sciences humaines.

 

 

Avec les surprenantes découvertes qui ont ébranlé le credo matérialiste et déterministe de la physique classique, la science n’a-t-elle pas commencé à poser les bases d’une pensée nouvelle ? La physique quantique notamment n’est-elle pas en train de doter l’esprit humain de procédures mentales inédites, qui seront à la fois très éloignées de celles qui ont inspiré le matérialisme athée des Lumières, mais en revanche étonnement proches des habitudes de pensée et des « gestes mentaux » qu’on devine derrière les récits de la torah et de l’Evangile ? Dans le face-à-face qui l’oppose depuis trois siècles aux religions et aux « superstitions », la science n’est-elle pas tout bonnement, sinon en train de perdre la bataille, du moins de changer de camp pour participer à un surprenant réveil de la spiritualité ?

Telles sont les questions « impertinentes » qu’Alain Monestier ose poser dans un livre qu’il a intitulé « L’athéisme va-t-il mourir ? » et qu’il présentera au Puy le 17 octobre. Il essaie d’y répondre à la fois en historien, en ethnologie et en philosophie ; et en s’inspirant des travaux récents sur anthropologie biblique : notamment sur la transmission orale des évangiles et sur les procédés de la lecture talmudique. 

 

La salle du ciné Dyke est ouverte à partir de 14 H 15. Pour assister à la conférence sans être abonné, une participation aux frais de 8 euros sera demandée à l’entrée.


Lire la suite

Conférence du 10 octobre 2019


Le 07/10/2019


 

 

 

Le Puy-en-Velay, le 3 octobre 2019

 

 

 

 

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

UNIVERSITE POUR TOUS DU PUY-EN-VELAY

 

Prochaine conférence : jeudi 10 octobre 2019 à 14 h 45 au Ciné Dyke

 

 

Jacques Offenbach (1819-1880) ou l’Empereur de l’Opéra-bouffe

 

par Patrick Favre-Tissot-Bonvoisin, musicologue-conférencier, historien de la musique.

 

 

Il existe deux manières d'aborder le "cas" Offenbach :

< >Soit "en surface", au premier degré, et alors on prend le risque de le considérer comme un artiste superficiel, auteur de divertissements habiles et plaisants qui permettent de passer une bonne soirée au théâtre… sans plus.Soit en profondeur, avec du recul et, osons le dire, en utilisant la voie de l'approche scientifique.

Cette dernière manière demeure à nos yeux la meilleure car elle permet, tout d'abord, de réellement saisir la dimension de ce que nous appellerons "Le mythe Offenbach" au sein de la société du Second Empire mais aussi, ensuite, de comprendre ce qui a fait et continue de faire, aujourd'hui, l'éternelle jeunesse de ses œuvres.

Car c'est bien au deuxième, voire au troisième degré, qu'il demeure nécessaire d'appréhender ses créations comme Orphée aux enfers, La Belle Hélène, Barbe-Bleue, La Vie Parisienne, La Grande-Duchesse de Gerolstein, La Périchole ou Les Brigands.

Les passer par le filtre d'une double analyse, à la fois musicologique et historique, nous révèle de véritables réussites, constituant la plus inouïe des caricatures, à la fois de la musique comme des événements ou personnages de son temps.

Toutefois, nous prendrons garde, aussi, de ne pas oublier la sensibilité de l'homme Offenbach. Cette sensibilité se révèle à nous au détour des pages les plus inattendues d'un compositeur à deux visages, véritable "Janus" de la musique dite "légère", féroce contempteur de la bêtise humaine, ancêtre prestigieux de nos actuels imitateurs et chansonniers.

 

 

 

La salle du ciné Dyke est ouverte à partir de 14 H 15. Pour assister à la conférence sans être abonné, une participation aux frais de 8 euros sera demandée à l’entrée.

 

 


Lire la suite

Ils ont marché sur la Lune


Le 12/09/2019


Prochaine conférence : jeudi 3 octobre 2019 à 14 h 45 au Ciné Dyke

 

 

Ils ont marché sur la Lune

 

par Jean-Michel Vially, vice-président du Club d’astronomie Orion 43.

 

16 Juillet 1969, il est 9H33 à Cap Kennedy, l’énorme fusée Saturne 5, de 115m de hauteur, emporte trois hommes en direction de la Lune.

 

Des milliers de spectateurs et des millions de téléspectateurs assistent à cet évènement.

 

Neil Amstrong, Michael Collins, et Buzz Aldrin entreprennent un  voyage de 760 000 kms, aller et retour, dans l’espace en 8 jours 3h et 18 mn pour poser deux hommes sur la Lune.

 

Les  missions Apollo symbolisent une mobilisation industrielle sans précédent, un travail intellectuel et d’ingénierie d’une complexité énorme pour l’époque. Pour la NASA la Lune a été gagnée sur terre, car pour que les hommes touchent le sol lunaire 400 000 personnes ont travaillé au sein d’un des plus gigantesques projets accomplis par l’humanité.

 

De 1969 à 1972, douze hommes marcheront sur notre satellite naturel, une incroyable aventure humaine. Aujourd’hui,  cinquante ans après, d’autres hommes se préparent. Ce ne sera pas une simple répétition mais une continuité de ce qui n’aurait pas dû être interrompu.

 

 « Cet exploit nous confirme dans notre conviction que les progrès de la science et de la technique peuvent être exploités rationnellement pour l’accomplissement d’autres tâches communes dont l’humanité entière tirera le plus grand profit.  (Wernher Von Braun )

 

 

La salle du ciné Dyke est ouverte à partir de 14 H 15. Pour assister à la conférence sans être abonné, une participation aux frais de 8 euros sera demandée à l’entrée.

 


Lire la suite

PROGRAMME 2019-2020


Le 25/07/2019



Lire la suite

COMPTE RENDU DE LA SORTIE DU 20 JUIN 2019 DU COLLEGE DU PUY-EN-VELAY


Le 25/06/2019



Départ à 7h30 de la place Michelet en car Migratour. Le car contient déjà 5 passagers qui sont
montés au garage de Sansac. Nous prenons au passage 2 personnes à St Hostien puis 3 au Pertuis et
enfin une à Montfaucon. Nous sommes alors 51 dans un car de 51 places ( plus deux sièges pliants)
C'est un record pour les voyages de l'UPT!
Nous prenons la direction de Tournon sur Rhône en passant par Bourg Argental et Annonay.
De 10h à 11h45 visite du château-musée de Tournon en deux groupes conduits chacun par une
guide.
Le château remonte au XIV ième siècle, le premierétage permet de visiter de petites pièces
meublées qui retracent la vie du cardinal de Tournon premier ministre de François 1° et de sa nièce
morte d'un chagrin d'amour.
Le deuxième étage est un musée dédié à la navigation sur le Rhône où circulaient de longs
bateaux de 135 m de long et de 6 m de large et à la construction du premier pont à haubans.
Le beau temps nous permet d'apprécier les vues depuis les terrasses du château sur Tournon et sur
le fleuve majestueux.
A 12h repas au restaurant les Azalès, menu:
– Apéritif kir ou jus de fruit
– Flan de picodon et sa poêlée de châtaignes et lardons
– Suprême de pintade aux herbes de Provence et petits légumes
– Entremet aux fruits de saison
– vins rouge et blanc au pichet
– Café.
Service impeccable sans lenteur ni bousculade. De nombreuses personnes ont exprimé leur
grande satisfaction. Une adresse à retenir!
A 14h45 nous reprenons le car pour traverser le Rhône et nous rendre à la cité du chocolat
Valrhona. Après un temps libre qui permet de visiter les expositions nous sommes accueillis pour
une démonstration de 45 minutes dans un atelier découverte animé par une démonstratrice
dynamique et vivante. Des explications sur cabosse, conchage, beurre de cacao, grué de chocolat
etc..sont suivies d'une initiation à l'analyse sensorielle avec dégustation minutieuse de deux grands
crus l'un acide, l'autre amer et plus long en bouche.
L'après-midi se termine à la boutique où chacun peut faire des emplettes et déguster tous les
produits de l'entreprise.
Nous repartons à 17h20, la pluie nous attendait à l'entrée en Haute-Loire mais pas une goutte au
Puy.
Le président Serge Monnier remercie Karim, notre excellent chauffeur et lui remet une
enveloppe.
Merci à tous les participants pour cette excursion très réussie, au président Serge Monnier et à sa
secrétaire Sylvie si efficace, à tous les membres du bureau de l'UPT du Puy en Velay ainsi qu'à
l’entreprise Migratour avec laquelle la collaboration est parfaite.
Dominique Roux
Secrétaire général de l'UPT du PUY


Lire la suite